Niger : les commerçants contestent la concession des magasins sous douanes

Le groupe Bolloré Africa Logistic est une grande multinationale qui fait parler d’elle. Sa présence dans les pays africains est diversement appréciée, on voit en elle une autre forme de colonialisme qui ne dit pas son nom.

Au Niger, depuis maintenant plusieurs semaines, les syndicats des commerçants et une partie de la société civile crient au voleur et à l’arnaque suite à la concession des magasins sous douanes par les autorités de Niamey. En guise de contestation, les syndicats des importateurs et grossistes ont appelé les membres de leurs structures à observer un mot d’ordre dit de « fermeture de marché » ce lundi 8 Août 2016. Mais pour l’Etat nigérien, l’objectif visé à travers cet acte n’est ni plus ni moins rentabilisation et d’augmentation des recettes douanières. Au moment où le Niger a beaucoup plus besoin de ressources financières (pour faire face à l’insécurité frontalière et autres charges régaliennes), ces recettes s’avèrent indispensables.

Les commerçants nigériens – ce n’est un secret pour personne – sont les pires ennemis de l’impôt et des taxes douanières ! Ils veulent gagner, augmenter leurs chiffres d’affaire, fructifier leur commerce sous la protection de l’Etat. Mais, ils ne veulent jamais faire rentrer ce dernier dans ses droits. Rares sont ceux qui déclarent honnêtement la quantité de leurs produits importés. Mêmes ceux qui le font modifient encore les factures qu’ils présentent à la douane. Les importateurs nigériens trichent. Dans leur grande majorité, leur gestion de la chose est toujours familiale et informelle. Il n’y a pas de système comptable. Parce qu’au Niger un commerçant à horreur qu’on connaisse son chiffre d’affaire. On peut dire que seuls les fonctionnaires de l’Etat  payent leur impôt. Eux-mêmes s’ils n’étaient pas coupés depuis la source, beaucoup partiront à la retraite avec des arriérés.

La décision du gouvernement de rétrocéder les magasins sous douanes à Bolloré n’a pas fait l’unanimité dans le pays. Certains, la qualifie de scandaleuse et d’inadmissible.

Le mot d’ordre de la grève lancé par les principaux syndicats de ces opérateurs économiques n’a pas eu l’écho escompté. Les marchés sont restés ouverts toute la journée à Tahoua. D’ailleurs beaucoup de commerçants ignorent l’existence d’un tel débrayage. Les vendeurs et les acheteurs étaient sortis comme d’habitude malgré les fortes pluies tombées ça et là dans la région.

Au Niger, tout comme dans la sous région, il y a actuellement un problème de trésorerie. Les fournisseurs nationaux ont tellement d’arriérés de payement… s’en est au point que désormais tout le monde fuit le marché de l’Etat. Les enseignants contractuels accusent deux à trois mois d’arriérés de pécules. Dans ces conditions, qui peut fermer son commerce pour plaire aux syndicats ?

The following two tabs change content below.
ASSOUMANE Habibou
Blogueur nigérien de Tahoua, je suis passionné de la lecture, des voyages. J'aime apprendre des autres. La rigueur, la responsabilité, l’engagement sont mes maîtres mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.