Le maître-chanteur à Tahoua

Le chantage est propre à toutes les sociétés. On l’utilise pour se faire de l’argent, pour nuire à un adversaire. Il est de tout temps considéré comme une arme redoutable.

Les lieux de chasse d’un maître-chanteur à Tahoua

Chez moi, il y a des maisons connus de tous qui font offices d’hôtel. Ce sont des logements de location provisoire et de courte durée. Par exemple, quand des projets ou ONG font des formations, ce sont ces maisons qui sont utilisées pour héberger les participants. Pour des soirées dansantes, des réceptions lors des mariages, les organisateurs font recours à elles à cause de leur prix abordables. Aussi, dans certains cas, elles assurent la même fonction que les maisons clauses. Leur discrétion fait d’elles les préférées des fornicateurs, des coureurs de jupons mais aussi et surtout les lieux de prédilection du maître-chanteur.

Je connais un qui se cache dans un coin où il peut aperçois les vas et vient. Quand il remarque une femme sortir et qu’elle est de son goût, il la suit subtilement derrière jusqu’a chez elle (pour une femme mariée) ou chez se parents. Il est sûre de pouvoir gagner quelque, il envoi un petit enfant pour le lui la chercher. Car, on ne force pas la porte d’un inconnu à Tahoua. C’est formellement interdit et on peut avoir des ennuis. Une fois qu’elle se présente, il lui raconte tout. Il la menace même d’aller le dire à ses parents on son époux. Ainsi, il  leur ordonne à se plier à ses exigences parfois pas très indécentes. Si elles refusent, il n’a pas de gêne d’aller propager la rumeur dans toute la ville qu’il a vu la fille d’un tel ou l’épouse de X sortir de telle ou telle maison. La simple évocation de l’orientation géographique de ces locaux dans la ville suffise aux autres de comprendre de quoi il s’agit. Et personne ne veut entendre que ses enfants fréquentent ces genres de maisons par crainte de souiller sa réputation et celle de sa famille. Ce qui est choquant, il ne prend pas l’argent, des bijoux ou autres objets de valeur avec ses victimes. Par contre, il leur demande ou plutôt, il les force à coucher avec lui comme elles le  font avec les autres hommes, et gratos.

Les endroits de rencontre entre les hommes et les filles sont nombreux surtout dans les centres urbains. A Tahoua, trois coins possibles sont reconnus comme des lieux méphistophéliques où les hommes et les femmes font du racolage. On ne peut pas être présent sur ces endroits par hasard et sans réels motifs: l’entrée de la ville au côté ouest situé entre le site en chantier de la SONIDEP et l’hôtel marina; les alentours de l’aéroport et les jardins situé au Nord de la ville. Ce dernier a fait l’objet d’une décente policière le mois dernier, suite à la plainte de certaines agriculteurs qui accusent les « pensionnaires nocturnes » de détruire leurs semis et sur instruction des autorités administratives et coutumières. Le coris qui traverse ces marécages est devenu une « piscine olympique ».

Certains se rencontrent dans les buissons, aux alentour de l’aéroport. Ils n’ont même pas peur des serpents venimeux qui peuvent se cacher sous des pierres. Il  n’est pas loin de la ville et est entouré d’arbustes surtout pendant la saison des pluies. Il est aussi voisin du cercle Mess, un coin de loisir et de distraction. Ce jour, notre maître-chanteur et son complice  faisaient la ronde.  Au même moment, un arabe se trouvait dans son véhicule garé derrière un arbuste avec une femme hausa. Ils s’approchèrent et lui demandèrent ce qu’il fait ici. Quelle question bête ! Sa réponse n’a pas plu à nos deux complices. Ils commencèrent à le menacer. S’il ne fait ce qu’ils le demandent, ils allaient le dénoncer.  Le Pauvre n’a pas eu de chance ce jour. Il n’a pas aussi eu le temps de condamner ses portières. Quand, ils commencèrent à élever la voix, il les demande combien, ils ont besoin pour le laisser tranquille : Un million de francs CFA, affirment-ils. La somme est vraiment grosse. Le racolage est une infraction puni par le code pénal nigérien. Pourtant, s’il doit être condamné, la faute commise ne valle pas cette somme. Mais, ils sont gourmands et lui pervers. Il rétorqua qu’il n’a pas un million sur lui. Il peut leur donner ce qu’il a en ce moment.  Demain, ils peuvent passer chez lui pour prendre le reste. Ils lui donnèrent quelques raclées et lui rappelle que demain, s’il fausse le rendez-vous ça sera pire pour lui. L’arabe et les deux escrocs se connaissent bien. Même s’ils ne partagent pas le même quartier, l’un d’eux le fourni chaque jour en viande.   Le marché conclu, ils le libèrent ainsi que sa compagne.  Heureusement que c’est une divorcée. Sinon la taxe sera lourde.

Sans tarder le matin, l’arabe alla expliquer tout à la police qui l’accompagne aussitôt chez lui. Une fois à la maison, les policiers garèrent à l’intérieur du domicile du plaignant. Vers 10 heures, ils se pointaient devant la maison pour prendre leur rançon. Sans gène, ils ouvrent le portail et entrent. A leur grande surprise, ils se trouvent nez à nez avec les policiers. Pas moyens de faire demi-tour. Ils sont pris la main dans le sac. Ils les arrêtèrent et accusés d’escroqueries.  Ils sont déférés au parquet puis à la prison civile où ils restèrent trois mois.

The following two tabs change content below.
ASSOUMANE Habibou
Blogueur nigérien de Tahoua, je suis passionné de la lecture, des voyages. J'aime apprendre des autres. La rigueur, la responsabilité, l’engagement sont mes maîtres mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *