Les Nigériens et le mois de Ramadan

Le mois de Ramadan est l’un des mois sacrés chez les musulmans.  C’est aussi un temps de grandes croyances et une période durant laquelle, tous les musulmans nigériens oublient leurs mauvaises habitudes. Ils deviennent alors des « vrais pratiquants ».

 Le ramadan a une très grande particularité dans la vie quotidienne des Nigériens. Il les pousse à un bref changement radical. Tous leurs comportements changent. On devient des « vrais » croyants. Les bars sont dépeuplés au profit des mosquées. Des personnes nées musulmanes mais qui ne connaissent pas la direction de la mosquée gonflent les rangs pendant les prières.  Des alcooliques notoires désertent les bars et cessent de boire pendant les jours du carême. Tu peux circulait dans toute la ville de Tahoua, le marché, dans toutes les fadas, tu ne sentiras aucune odeur de la fumée des cigarettes. Les restauratrices sont en chômage technique. Mêmes les maisons clauses ne fonctionnement pas normalement pendant le mois de carême. Beaucoup de professionnelles de sexe rangent leurs ténues sexy, les capotes pour s’adonner à l’adoration. Selon certains dires, mêmes les cambrioleurs s’abstiennent de voler pendant le Ramadan.

Les maris infidèles reviennent aux bons sentiments. Ils sont toujours à l’heure chez eux et disponibles pour leurs épouses. Il n’y a plus de missions fictives. Les copines et les maîtresses se patienteront. A l’annonce du croissant lunaire marquant ainsi le début du carême, les radios et télévisions nationales interrompent leurs programmes habituels. Elles ne diffusent désormais que des programmes à caractères religieux : pas de musique, de film, de séries télévisées, etc.  Les marabouts prennent d’assaut les médias pour des prêches de tout genre et autres chants religieux. En lieu et place des films pornographes, des chants du rap, des clips musicaux, les jeunes copient des vidéos islamiques, de récitation du coran. Le pantalon Jeans et la casquette sont délaissés au profit  de la djellaba et du bonnet. La cigarette à la main est remplacée par de longs chapelets. On adhère à des groupes religieux de discussion sur Whatsapp.

La notion de l’heure, du temps est rigoureusement  respectée pendant le Ramadan. Les  Nigériens s’accrochent intimement à la montre. Pour ceux qui n’en ont pas de montres, d’un réveil à la maison doivent nécessairement en chercher un par crainte de rater le suhur ou de prolonger involontairement le temps de rupture. Heureusement, la puissance de la technologie se fait sentir dans tous les domaines. Les cellulaires actuels disposent de toutes les facilités permettant au jeûneur d’avoir la maîtrise parfaite du temps. Des applications mobiles de gestion de temps de prière remplacent provisoirement les muézins. Avant cette période, beaucoup oublient quelle heure on est, ou sommes-nous à quel jour de la semaine. Le calcul des jours de ce mois n’échappe à personne.

Très malheureusement, à quelques heures de l’annonce de la fin du carême, tout le monde (presque) revient à ses vieilles habitudes. Ces groupes qui étaient obstinés contre la religion se régénèrent. Dès la veille de la fête, les bars, les maisons clauses, les salles de dansent reprennent vie. Pour certains, le mois de carême est fini, il faut aussi faire le rattrapage. Les commerçants véreux créent la pénurie pour doubler ou tripler le prix des marchandises.

 La religion, l’islam, se pratique à tout moment de l’année. Tâchons d’être de bons croyants et gagner ce Paradis que nous promet notre Créateur. L’hypocrisie, le show-off, ne nous conduisent à rien.

The following two tabs change content below.
ASSOUMANE Habibou
Blogueur nigérien de Tahoua, je suis passionné de la lecture, des voyages. J'aime apprendre des autres. La rigueur, la responsabilité, l’engagement sont mes maîtres mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *