Un mandat d’arrêt national contre le « Usain Bolt » nigérien

Étiquettes
1 octobre 2014

Un mandat d’arrêt national contre le « Usain Bolt » nigérien

Usain Bolt Nigérien

Le différend qui oppose le président de l’Assemblée nationale du Niger et le gouvernement est loin d’être fini. Hama Amadou, c’est de lui qu’il s’agit et dont l’épouse croupit toujours à la prison civile de Kolo, est accusé de complicité dans une affaire présumée de trafic de bébés. Cette affaire impliquant les plus hautes personnalités du pays a fait couler beaucoup d’encre.

Aujourd’hui il s’est réfugié en France. L’histoire des bébés importés est la goutte qui aurait fait déborder le vase. Depuis septembre 2013 date à laquelle Hama Amadou et son parti politique, Modem Fa Lumana ont décidé de quitter la mouvance présidentielle en refusant les postes ministériels à la « coquille vide ». Depuis, le climat politique est devenu délétère et les débats sur les médias insupportables. Loin d’accepter sa nouvelle situation, Hama a continué, via les médias internationaux, à expliquer les raisons de sa fuite. Un départ qui lui a valu le sobriquet d’Usain Bolt.

Beaucoup voient, en ce geste, une fuite face aux responsabilités. Pour certains, l’exil ne peut pas être une solution. Un homme politique doit rester et faire face à la justice de son pays. Pour sa part, Hama est convaincu que le président Issoufou l’a contraint à quitter le pays dans le seul but de passer dès le premier tour à l’élection de 2015. Même s’il n’a jamais promis de revenir vite, le mandat d’arrêt national lancé contre sa personne vient lui rendre les choses un peu plus difficiles. Mais; les travaux de la nouvelle session parlementaire qui débutent aujourd’hui nous édifieront davantage sur le sort de l’homme de Youri. Jusqu’à preuve de contraire il est toujours le président élu de l’Assemblée nationale du Niger. Des sources dignes de foi, nous révèlent que la concurrence s’annonce rude entre ses successeurs une fois que, Hama sera débarqué du perçoir…

Avant que les politiciens véreux ne commencent à confesser un jour leurs péchés, pensez-vous que le président de l’Assemblée nationale est victime de la raison d’Etat ?

Partagez

Commentaires

KAMGA Célestin
Répondre

Merci Habibou pour ce billet!
Je souhaite bien tirer la couverture de ce coté ci: "Un homme politique doit rester et faire face à la justice de son pays". Voila qui est dit. Il faut du courage; de la probité; des convictions (et pas seulement) pour faire de la politique. De la sorte, rien, "absolument rien" ne peut justifier la fuite d'un homme politique qui plus est Président de l"Assemblée Nationale de son pays. Non seulement il "abandonne au carrefour" ceux qui le suivent mais en plus cela sent (malheureusement) un déficit de foi aux institutions de son pays qu'il a contribué ou contribue à bâtir! ! !
Conseil aux futurs politiciens. . .

ASSOUMANE Habibou
Répondre

L'honneur,la responsabilité ne sont pas au rendez chez les dirigeants africains.

Célestin KAMGA
Répondre

Pas pour te contredire, mon cher; mais je pense qu'il n'est pas pertinent de mettre TOUS les "dirigeants africains" dans le même sac des personnes dépourvues d'"honneur [et de] responsabilité". Et ce malgré toutes nos croyances et nos convictions!

Je reste certains qu'il y en a d'honorables et de responsables qu'une telle affirmation blesse de fait! Pour que leur voie/exemple fasse école, nous avons intérêt à ...souligner leur existence!

Bcp de courage et Bien à toi!

ASSOUMANE Habibou
Répondre

Oui tu as raison beaucoup d'ente eux nous déçoivent.

Abaghor Moussa
Répondre

De mon humble avis, il n'est victime que de sa peur.

Hamza Abarchi
Répondre

Hama Amadou ou le lâche Homme politique nigérien, ne peut tromper personne. s'exiler en Europe ne t'arrange pas, il vaut mieux venir dans pays afin de purger la peine pour trafic des bébés ibos.