Etapes officielles d’un mariage Hausa

Étiquettes
27 février 2015

Etapes officielles d’un mariage Hausa

Particpants à un mariage HausaLe mariage, c’est ce lien secret qui uni l’homme est la femme . Il est un moyen indispensable qu’utilisent les humains pour la consolidation des liens favorables  à la survie de leurs sociétés. Le mariage est un bon baromètre de mesure du degré de responsabilité  des hommes dans les sociétés traditionnelles nigériennes. Une personne célibataire n’a pas les mêmes considérations, le même respect qu’un autre marié. Ses propos, ses avis dans une prise de décision n’ont pas un grand point. Être marié chez moi veut dire beaucoup de chose. C’est également avoir des grandes responsabilités.

Dans mon village natal, pour se marier, le jeune homme doit verser au moins une somme équivalente à 185€ aux parents de sa dulcinée. Le processus du mariage débute le jour de la fatiha (communément appelée cérémonie religieuse). C’est alors que, l’on parle de littéralement « attacher ou ligoter le mariage ». Pour attester ce contrat, dès la veille, la famille de la jeune mariée se prépare pour recevoir la délégation du jeune marié composée d’un représentant du père, d’un Imam du village ou du quartier et d’autres personnes proches. La particpation dès un et des autres, depend du rend social des familles qui se marient. La délégation se rend à un moment choisi en commun accord entre les deux parties. Elle amène avec elle la cola, (un fruit interdit à l’exportation en Arabie Saoudite) et une somme d’argent qui permet de faire face à certaines exigences coutumières. Pour la bonne marche des choses, la délégation du jeune marié est obligée de payer 20.000 à 30.000 F CFA. Une sorte de taxe qui sera partagée dans le village d’accueil entre le chef du village, les marabouts, les chefs de files de jeunes et des femmes, les grands parents de la jeune mariée, les « gaillards » du village, les coiffeurs, les forgerons et les griots, pour ne citer que cela. Un vrai business!

Après avoir réglé ces exigences avec en même temps la distribution de la cola (il n y a jamais de cérémonie  chez nous sans ce petit excitant). l’Imam prononce le « fatiha », au cours de laquelle, on procède au rituel de la demande en mariage qui consiste à ce qu’un parent du jeune marié demande à un parent de la jeune mariée la main de leur fille par cette formule : « je demande la main de votre fille pour mon enfants (les noms des concernés sont cités) ». Et l’autre de répondre « je lui ai donné ». La formule est répétée jusqu’à trois fois. Tout comme chez le Père ou le Pasteur à l’Eglise. La seule différence, c’est qu’ici tout ce passe en l’absence des futurs mariés. Après, l’Imam, prend la foule présente en témoin et entérine l’union sacré des deux mariés.

Après le mariage c’est une autre nouvelle vie, celle de couple qui attend les mariés. C’est la phase de gestion de foyer. Elle est  très difficile pour presque tous les couples. C’est une étape que moins de foyers arrivent à gérer. En ce moment précis, l’union créée pour le bien-être devient une illusion. Mal géré, le lien conjugal devient une conjugaison de problèmes. Cela peut désunir et engendrer des tentions entre les familles ou des groupes ethniques.

Partagez

Commentaires

Guénolé
Répondre

Belle inspiration. A mille lieux de nos traditions mais tellement beau

ASSOUMANE Habibou
Répondre

Oui, et Merci pour votre commentaire

Mariage original
Répondre

c'est tres loin de nos traditions , en france nous avons aussi le curé qui demande dans certaines parroisses jusqu'à 500 euros

MAMAN NOUROU
Répondre

assalam merci pour votre contribution très utile pour nous autre etudiant