Mécontent du Clacico

Article : Mécontent du Clacico
Étiquettes
8 avril 2016

Mécontent du Clacico

Le football est le sport le plus populaire au monde. Le championnat européen a des milliers de supporteurs au Niger plus que le championnat national. Leur penchant effréné de certains clubs les pousse à tout faire.

C’était le samedi 2 avril 2016. Je dois voyager le lendemain de très bon matin. Après la station d’essence, j’ai demandé à mon ami de me déposer chez le coiffeur.  C’était vers 18 heures. Il n’y a personne dans le salon de coiffure, même pas le propriétaire. J’ai de la chance, je commence à soliloquer. Car je n’aime pas faire la queue dans ces genres d’endroits. Je m’assois sur la chaise. Quelques temps après, le coiffeur me rejoint. Il se trouvait avec d’autres jeunes. Ils regardaient un match de football entre les deux clubs espagnols : Real Madrid et le Barcelona. Il a transféré la seule télé qui sert a tué le temps pour les clients dehors. Le salon est très exigu (pas plus de 4m²) et il ne peut contenir tous les spectateurs qui sont venus ce jour observer le ce match. Je suis un habitué de ce salon. Le responsable connait d’avance le genre de coupe de cheveux que j’aime. Je suis son client permanent (même si mes deux dernières coiffures je les ai faites ailleurs). Il fait semblant de stériliser la tendeuse et commença à m’arracher les cheveux. Mais je comprends vite qu’il a son esprit ailleurs. Il n’a plus de concentration. Pour éviter de se faire couper, je lui demande de faire attention à où il pose sa tendeuse. Chaque 5 secondes, il sort du salon pour regarder la suite du match. Il ne veut pas me laisser aller me faire coiffer ailleurs. Car chaque fois que je viens chez lui, je payais le double. Parce que je veux être bien servi. En fin, il me suppléait de lui permettre d’aller revenir dans 2 minutes. Le temps demandé s’écoula et il ne revient pas. Je retire le tissu qu’il m’à couvert une partie du corps. Je nettoie les cheveux tombés sur mes vêtements et sors du salon, une partie de la tête mal rasée et en colère. Heureusement que c’est la nuit. Et personne ne peut apercevoir ma tête mal rasée. C’est son collègue du prochain virage qui m’a terminé le travail. Imaginez-vous, il m’a abandonné à cause du clacico. Fidéliser le client est un procédé que toutes les entreprises n’ont pas pu maîtriser. Mais au Niger, on préfère aller soutenir une équipe du football qui ignore votre existence que de garder sa clientèle.

Ici, les jeunes sont aveuglés par le championnat européen. Chaque club a des milliers de supporteurs au Niger. Ils prennent d’assaut les télévisons lors d’un match qui n’est pas étonnant parfois de se terminer par des échauffourées entre les différents camps ou les fans. Ils ne négligent rien qui concerne « leurs équipes » qu’ils  suivaient pas à pas. On peut dire qu’ils sont informés de l’évolution de ces équipes. Un supporteur nigérien peut passer toute la journée à te parler des exploits du PSG, du REAL du BARCA, de LIVERPOOL, de MANCHESTER, pour ne citer que cela. Il a mémorisé les noms de tous les joueurs,  de tous leurs entraineurs, la taille de leur stade  mais,  il ne se rappelle guerre de la date de l’indépendance de son pays. Nombreux sont ceux qui ignorent l’histoire de notre onze national. Quelle honte !

Partagez

Commentaires